Le Visage de la Résistance se tient au Sénégal

20 November 2017

L’exposition Le Visage de la Résistance se tient au Dakar, Sénégal, pour marquer les 16 Jours d’Activisme contre les Violences faites aux Femmes

Génération Fille vous invite à découvrir Le Visage de la Résistance au Sénégal – la première exposition de portraits en lien avec l’excision en Afrique.

Créé par l’activiste Leyla Hussein et le photographe Jason Ashwood, Le Visage de la Résistance met en lumière des survivantes et militants contre l’excision qui sont prêts à témoigner publiquement de leur expérience, souvent pour la première fois. En Août 2017, l’équipe s’est rendue avec Génération Fille au Sénégal, afin de photographier ces militants et partager leur histoire. Aujourd’hui, elle revient au pays afin de présenter les fruits de son travail.


Leyla Hussein garde un souvenir fort de cette expérience.

"Mon séjour au Sénégal a été extrêmement intense, difficile et même frustrant parfois. Cependant il s’agit également d’une de mes expériences les plus belles et les plus inspirantes, qui ont un impact majeur sur ma vie professionnelle et privée. J’ai été témoin de l’intensité des croyances en faveur de l’excision dans certaines zones du pays.

J’ai énormément d’admiration pour les survivantes et les militants que j’ai pu rencontrer. J’ai été impressionnée par leur engagement pour abolir l’excision, mais aussi pour offrir un meilleur futur à leurs enfants, surtout leurs filles. Je ressens tellement de gratitude vis à vis de cela."


L’équipe a choisi de bouder les quartiers citadins de Dakar afin de se rendre dans les zones isolées du sud du Sénégal, qui ont le taux d’excision le plus élevé du pays. C’est là qu’elle a choisi de photographier les hommes et les femmes qui luttent en première ligne contre cette pratique. Ce projet met en lumière le travail admirable effectué par ces militants : des anonymes, sur le terrain, dédiés à la lutte contre l’excision.

Parmi elles, Fatoumata Tamba est une survivante. Elle travaille au sein du service de gynécologie de l’Hopital Régional de Sedhiou, où elle s’occupe de femmes souffrant de complications sévères dues à l’excision.

Autre exemple : Mariama Gnamadio est une militante anti-excision. Elle a su ignorer les idées reçues contre les femmes non excisées afin de faire respecter son choix de ne pas faire subir cela à ses filles.

"Au début, c’était difficile avec mes parents – ils les voyaient comme des intouchables. Mais après quelques temps, ils ont réalisé que leurs peurs au sujet des filles non excisées n’étaient pas fondées : mes filles ne sont pas sans morale, et elles ne sentent pas mauvais."

L’exposition met également en lumière des anciens exciseurs : leur participation à la sensibilisation contre les effets néfastes de leur ancienne activité est un élément majeur de la lutte contre l’excision. Mamady Koudjira pose avec sa belle-mère, une ancienne exciseuse. Il a découvert les effets secondaires de l’excision grâce à des campagnes de sensibilisation de l’état, ce qui l’a poussé à refuser l’excision de ses filles.

"Je viens d’une famille d’exciseurs. J’ai commencé à dialoguer avec ma belle-mère, qui est exciseuse. Je voulais la convaincre d’arrêter de faire ça."

Le Visage de la Résistance utilise la photographie afin de partager des témoignages positifs de changement et inspirer le plus grand nombre à rejoindre la lutte contre l’excision. Le projet a pour but d’informer au sujet des challenges de notre combat, et de créer un nouveau dialogue à propos de l’abolition de l’excision. Il met en lumière les droits des femmes et leur offre une plateforme d’expression afin de les encourager à devenir des agents du changement.

L’exposition se tiendra à Dakar le Mardi 5 et le Mercredi 6 Décembre 2017 à la Maison de la Presse (Média rue 5 X Corniche).
http://www.maisondelapresse.gouv.sn/

Une conférence de presse ainsi qu’un vernissage auront lieu le 5 Décembre à 11heures.

Crédit photo: Jason Ashwood

Blog categories: 
Regions: 

Subscribe to our newsletter to receive all the latest news and information.